Vous êtes ici

Share page with AddThis
Avoxa Logobanner

Avoxa

– idéale dans la lutte contre les résistances dans notre gamme d’herbicides pour les céréales

 
 

Avantage


Application au printemps de blés, de triticales et de seigles

Deux matières actives aux modes d’action différents

Utilisation unique et flexible jusqu’ au stade de 2 nœuds

Miscible avec CCC et d’autres herbicides

 
 

Mode d’action


Il est conseillé d’alterner systématiquement les mécanismes d’action des herbicides utilisés pour ne pas ‘cultiver’ de graminées résistantes. On y parvient par une planification bien conçue de la rotation des cultures mais également par le choix des produits phytosanitaires. Le large éventail d’herbicides dont dispose Syngenta pour les céréales vient d’être complété par un produit pour le traitement de printemps : Avoxa.

Gestion des herbicides avec Avoxa

Mélangé à Mondera, Avoxa couvre un très large spectre de mauvaises herbes et de graminées. On peut aussi le mélanger à Express SX ou Express Max, notamment en cas de forte infestation par les rumex. Mélangé à Mondera, Express SX ou Express Max, Avoxa offre donc une solution complète pour tous les domaines. 

Spectre d’action du mélange principal 1,1 l/ha Avoxa et 1,5 l/ha Mondera
Spectre d’action de 1,1 l/ha Avoxa et 45 g/ha Express SX, recommandé en cas de présence accrue de rumex

Les herbicides sont classés en différentes catégories en fonction de leur mode d’action. Les herbicides les plus utilisés en Suisse au printemps appartiennent au groupe de matières actives B, les inhibiteurs d’ALS, suivis des inhibiteurs d’ACCase (groupe A). Chacun de ces deux mécanismes d’action est considéré en soi comme très menacé pour un développement de résistances. En créant Avoxa, Syngenta a mis au point un nouvel herbicide. Les deux matières actives qui composent Avoxa appartiennent à deux mécanismes d’action différents (les inhibiteurs d’ALS et les inhibiteurs d’ACCase). Cela réduit la probabilité d’apparition de résistances. Dans un monitoring réalisé en 2011, Syngenta a déterminé les lieux où les efficacités sont amoindries.

Situation en matière de résistances en Suisse

Par rapport à l’étranger, par exemple à l’Allemagne, la situation n’est pas encore alarmante mais il convient de rester vigilant car la tendance à l’apparition de résistances est un fait aussi en Suisse. Syngenta Suisse a réalisé un monitoring. Des échantillons de semences ont été recueillis sur différents sites en Suisse romande et alémanique selon le principe aléatoire et leur résistance a été testée en collaboration avec l’université de Bingen. Les résultats obtenus sont les suivants :

  • Pour le vulpin des champs, on a constaté une sensibilité réduite aux inhibiteurs d’ACC-ase dans certaines régions des cantons de Schaffhouse, Thurgovie et Genève, chez 3 des 38 échantillons.
  • L’agrostide jouet-du-vent s’est révélée largement résistante à l’isoproturon. Dans le cas des sulfonylurées (inhibiteurs de l’ALS), la sensibilité amoindrie se limite à des régions du canton de Vaud.
  • - Le ray-grass a été examiné principalement en Suisse romande, en raison de sa présence dans cette région. On a constaté une sensibilité amoindrie ou même une résistance marquée aux inhibiteurs d’ACC-ase chez presque la moitié des échantillons.

La situation n’est pas alarmante mais il faut agirLes résistances de mauvaises herbes aux herbicides sont répandues en Suisse, mais elles restent largement moins marquées que dans les pays voisins. Le vulpin des champs et l’agrostide jouet-du-vent, notamment, réagissent encore le plus souvent très bien aux herbicides autorisés dans notre pays. Il est frappant de constater que l’isoproturon, matière active utilisée depuis de nombreuses années, a perdu beaucoup de son efficacité. Il convient également de continuer à observer de près la situation en ce qui concerne le ray-grass – notamment en Suisse romande. 
Différentes mesures doivent être coordonnées simultanément pour éviter que les problèmes de résistances ne s’aggravent.

Mesures culturales et préventives

Le cultivateur est fortement sollicité dans ce domaine : l’organisation de la rotation des cultures, le traitement des éteules, le traitement des sols, le choix des variétés et de la date des semis, la technique de production et la fertilisation sont des facteurs qui influencent non seulement la fertilité des sols et les rendements, mais aussi l’apparition et le développement des graminées. Il convient également de fixer son attention sur le nettoyage des semences et des machines.

Gestion des herbicides

Il est conseillé d’alterner systématiquement les mécanismes d’action des herbicides utilisés pour ne pas ‘cultiver’ de graminées résistantes. On y parvient par une planification bien conçue de la rotation des cultures mais également par le choix des produits phytosanitaires. La succession des traitements, l’utilisation optimale des produits, la bonne quantité d’application et le moment sont également décisifs.